Chargement

Dernières volontés

Cette page résume les dispositions à prendre en cas de décès de Christophe Quentel :

  • J’ai fait don de mon corps à l’école de chirurgie de l’Assistance publique (carte de donateur n°18083) : en cas de décès en région parisienne, celle-ci le prendra donc en charge (elle peut être contactée aux 01 46 69 15 20 ou 01 46 59 15 60) ; en cas de décès en province, ce don pourra être effectué auprès de la faculté de médecine la plus proche. Dans les deux cas, il ne sera pas utile de rendre mes cendres à ma famille ;

 

  • dans l’hypothèse où ce don ne pourrait pas être réalisé (forme du décès atypique, décès à l’étranger…), on disposera du corps de la façon la plus simple et la moins coûteuse possible (inhumation ou crémation, selon les cas), i.e. :
    • aucune thanatopraxie ne sera pratiquée ;
    • l’inhumation (ou la crémation, si elle est plus simple à organiser et/ou moins coûteuse) interviendra dans la commune où est intervenu le décès, même si elle est à l’étranger ;
    • en France, l’inhumation, le cas échéant, se fera en « terrain commun » (pas de concession) et la sépulture sera la plus simple possible : si aucune disposition légale ou réglementaire ne s’y oppose, aucune tombe ne sera construite, aucune plaque ne sera posée (dans le cas contraire, on se contentera du modèle de sépulture dit « provisoire »). Dans tous les cas, elle ne devra porter aucune marque distinctive, et si possible aucun nom. Au-delà du délai légal de 5 ans, le règlement municipal sera appliqué par défaut (maintien, dispersion, ossuaire…) ;
    • à l’étranger, on se rapprochera autant que possible des dispositions ci-dessus : don à une école de médecine sans retour des restes à la famille. A défaut, le traitement du corps devra être le plus simple possible (il en sera disposé en fosse commune, si la législation locale le permet)  ;
    • en dehors des professionnels chargés de l’opération, personne ne doit assister à l’inhumation ou, le cas échéant, à la crémation ;
    • aucune plaque, banderole, décoration, drapeau, pierre ou arrangement floral ne sera posé(e) sur le cercueil, et encore moins sur la sépulture, ni avant, ni après l’inhumation ou la crémation.

 

  • dans tous les cas, aucune cérémonie ne doit être organisée, ni civile, ni bien sûr religieuse ;
  • mon décès ne doit faire l’objet d’aucune publicité, par quelque moyen que ce soit (ni faire-part, ni avis, par aucun réseau).

Le cas échéant, ces dispositions pourront être financées grâce à mon capital-décès.

En haut